Commission de l'habitat, de l'équipement, de l'hydraulique et de l'aménagement du territoire

La commission de l’aménagement du territoire fait dans la prévention

Dans le cadre des visites de terrain, la commission de l’habitat, équipement, hydraulique et aménagement du territoire de l’assemblée populaire nationale s’est rendue mercredi 7 courant à la wilaya de Boumerdes pour s’enquérir et anticiper sur les problèmes lies à l’urbanisme et l’aménagement du territoire.

Les changements climatiques et leurs retombées sont à l’ordre du jour des préoccupations des collectivités locales.

La délégation au de cinq conduite par son président m Youcef Berched a été reçue et entendue par le wali de cette localité m Selmane Mohamed.

Les députés accompagnés de cadres de la willaya se sont rendus sur les lieux même des oueds (el karas corso, barak) dont les crues ont été contrôlés par les représentants de cette même wilaya grâce à un travail préventif : dragage, curage et prochainement installation hydraulique, assainissement. Néanmoins cette visite en présence des citoyens et p/apc a permis de découvrir l’existence et l’importance de constructions illicites sur le lit d’un oued à zaraa, et près de poteaux électriques mettant en danger la population (salubrité, sante, accidents).

Députés et wali ont retenu la proposition de rencontres concertées entre eux associant p/apc et société civile alors que la démolition de ces constructions s’impose pour M. Selmane.

Une décision courageuse qui requiert une implication de l’apn pour l’aspect législatif mais aussi tous les acteurs intervenant dans l’aménagement du territoire (autorites locales, maire tutelle...) à tel point que les services de sécurité pourraient être mis à contribution dans la gestion de catastrophes naturelles ex cas des inondations récentes.

    


Le ministre des ressources en eau présente un exposé de la stratégie de son secteur à la commission d'habitat

Le ministre des Ressources en eau, Hocine Necib, a annoncé, mardi à Alger que le gouvernement a décidé de consacrer une enveloppe financière supplémentaire de 31 milliards dinars pour la préparation de la saison estivale prochaine en sus du budget d'équipement de 196 milliards dinars alloué au secteur programmé au titre de l'exercice 2018.

"Le Conseil interministériel tenu le 25 mars 2018 a adopté une feuille de route englobant le financement des opérations d'urgence pour les wilayas ayant connu des perturbations dans la distribution de l'eau potable à travers le territoire national durant l'été 2017", a fait savoir M. Necib lors de sa présentation de l'état des lieux du secteur des ressources en eaux devant la commission de l'habitat, des équipements , dans le cadre d'une audience présidée par Yahia Benine en présence du ministre des Relations avec le Parlement, Mahdjoub Bedda, affirmant "qu'un diagnostic a été établis à travers toutes les wilayas outre l'adoption des recommandations relatives à chaque état (puits, équipements, réseau et stockage).

Le ministre a fait savoir qu'un soutien financier de 6 milliards de dinars a été accordé à l'Algérienne des eau (ADE) tout en mettant en place un mécanisme de coordination et un calendrier du suivi et d'encadrement du transfert de la gestion du service public de l'eau des services de 568 communes à l'ADE.

Concernant la réserve en eau au niveau national pour l'année en cours le ministre a indiqué que la pluviométrie durant les mois de février et mars dernier ainsi qu'au début avril ont contribué à combler le déficit enregistré durant le début de la saison, indiquant que le taux de remplissage des barrages a atteint 65%.

Le ministre a indiqué, à ce propos, que l'Algérie collecte annuellement 10,4 milliards m3 d'eaux destinées à l'usage agricole (6,8 milliards m3), ménager (3,3 milliards m3) et industriel (0,3 milliards m3).

Concernant le programme d'équipement de 2018, le ministre a souligné qu'il contient un nombre de projets notamment le renforcement des capacités d'alimentation en eau potable, l'élargissement de réseaux de purification à travers les villes, l'élargissement de superficies agricoles irriguée, le dégèle de 28 stations de traitement des eaux usées, la réalisation du barrage Sidi Khelifa et la réalisation de 3 stations de dessalement à Alger et à Taref ainsi qu'à Bejaia.

S'agissant du programme en cours de réalisation dans le secteur des Ressources en Eaux, M. Necib a indiqué que les agréments enregistrés jusqu'à décembre 2017 ont atteint 3,031 milliards Da, ce qui rendra les projets en cours de réalisation au titre des différents programmes de développement représentant 1,026 milliards Da, soit 1,963 opérations différentes à travers tout le pays.

Le ministre a indiqué que ces projets auront un effet direct sur les citoyens et sur le développement économique, soulignant qu'un nombre de ces projets a été réceptionnés et opèrent partiellement jusqu'à l'achèvement des travaux aux horizons de 2021.

Concernant les dettes des entreprises privées et publiques envers le secteur des Ressources en Eaux, Il a fait état de 104 milliards Da réglées définitivement en fin de l'année 2017.

M. Necib a fait état de 80 barrages opérationnels, dont 4 réceptionnés en 2017 en dépit des difficultés financières, ajoutant que des travaux au niveau de 5 nouveaux barrages sont en cours et seront réceptionnés aux horizons 2021 ce qui permettra d'augmenter les capacités de stockage à 9 milliards m3.

Il a affirmé que 98% des habitants sont reliés aux réseaux d'alimentation en eau potable avec une quantité de 180 litre par personne quotidiennement et une distribution journalière au profit 73% de citoyens.

M. Necib a indiqué que le programme national de dessalement a permis la réalisation de 11 stations de dessalement produisant un taux de 11% de la production nationale d'eau potable.

Par ailleurs, le ministre a fait état de la poursuite du travail afin de réaliser le programme d'un million d'hectares supplémentaire des superficies agricoles irrigué, soulignant que 184.000 hectares dédiés à l'exploitation ont été aménagés et réceptionnés jusqu'en mars 2018.

Il a indiqué que les travaux se poursuivent sur 225.000 hectares, tout en achevant les procédures de lancement de projets d'irrigation de 100.000 hectares.


Le ministre de l'Habitat donne un aperçu de la réalité du secteur devant la commission de l'habitat, de l'équipement, de l'hydraulique et de l'aménagement du territoire

Le ministre de l'Habitat, de l'urbanisme et de la ville, Abdelwahid Temmar a fait état, lundi 26 février 2018, de la livraison prévue de 714.000 unités de logement de différentes formules durant  2018 et 2019, précisant que ces réalisations permettront d'atteindre les objectifs du programme quinquennal en cours (2015-2019).

Lors d'une réunion avec la commission de l'habitat, de l'équipement, de l'hydraulique et de l'aménagement du territoire consacrée à l'examen de l'évolution des programmes de son secteur, M. Temmar a précisé que 366.000 unités de logement devraient être livrés au titre de l'exercice 2018 et 348.000 autres unités au titre de l'exercice 2019.

Soulignant que la cadence des travaux de réalisation a enregistré une courbe ascendante, le ministre a fait savoir que le nombre des logements réalisés annuellement est de 296.000 unités ce qui permettra au secteur d'atteindre les objectifs du  programme quinquennal en cours.

Selon les chiffres avancés par le ministre le programme quinquennal d'un total de 1.891.016 unités, a connu une avancée considérable durant les trois dernières années (2015-2017) avec la livraison de 886.736 unités (47%) alors que 1.724.140 unités (44%) ont été lancés, 837.404 en cours de réalisation et 166.876 unités (9%) devront être lancés ultérieurement.

Concernant l'avancement des travaux de réalisation selon les formules, le programme public locatif qui représente 37% de l'offre publique a enregistré le lancement de 686.562 unités alors que 328.906 unités (47%) ont été achevées, 357.656 unités (51%) sont en cours de réalisation et 15.928 unités (2%) pas encore été lancés.

Pour les deux années prochaines, il est prévu la réalisation de 130.000 unités au titre de l'exercice 2018 et de 118.000 unités au titre de 2019.

S'agissant de la formule location-vente qui représente 17% de l'offre publique, les travaux ont été lancés pour la réalisation de  323.702 unités alors que 64.963 unités ont été achevées, 258.709 unités sont en cours de réalisation et 26.298 unités non encore lancées.

Détaillant les unités non lancées, le ministre a fait état du recensement de 19. 540 unités au titre du programme AADL à Alger, relevant à ce propos que le programme en question se heurtait à des problèmes de foncier qui sont a-t-il dit, en cours de règlement en coordination avec les services de la wilaya.

S'agissant des prévisions de réalisation dans cette formule pour les années 2018-2019, le premier responsable du secteur de l'Habitat a souligné la réception prévue de 85.000 unités en 2018 et 86.000 autres en 2019 pour la réalisation des objectifs du programme quinquennal.

Le nombre de souscripteurs dans cette formule s'est élevé à 561.348 souscripteurs, dont 79.858 inscrits dans le programme AADL 1 et 435.992 dans le programme AADL 2.

Pour ce qui est de l'habitat rural qui représente une partie importante du parc foncier (33% de l'offre publique), le nombre d'unités s'élève à 491.526 unités pour les programmes lancés et 406.049 unités pour les programmes achevés (68%), outre 85.477 unités (14%) en cours de réalisation.

Les programmes non lancés au titre de cette formule se sont établis à 105.000 unités (18%) devant être lancées avant la fin du premier trimestre 2018. Le secteur prévoit la réception de 115.000 unités en 2018 et 120.000 autres en 2019 dans le cadre de cette formule.

La formule LPA, qui représente 11% de l'offre publique, s'est renforcée par la réception de 72.872 unités (37%), outre le lancement de 182.851 unités et la réalisation en cours de 109.979 unités (55%).  Quelque 15.181 unités (8 %) devraient être lancées au cours du premier trimestre 2018.

Le secteur de l'Habitat devrait réceptionner 25.000 unités au titre de ce programme en 2018 et 17.000 en 2019 pour réaliser les objectifs du Programme quinquennal.

Le programme LPP qui représente 2% de l'offre publique a vu le lancement de 39.499 unités et la réception de 13.916 autres. Quelque 25.583 unités sont en cours de réalisation et 4.097 autres non lancées.

Le département de Temmar prévoit la réception de 11.000 unités en 2018 et plus de 6000 en 2019.

Evoquant le programme relatif à l'éradication de l'habitat précaire, le ministre a indiqué que le recensement national de l'habitat précaire avait fait ressortir 560.000 habitations ayant bénéficié de 388.045 LLP et 95.000 subventions pour les restaurations suivant les dossiers déposés au niveau de la wilaya.

Ce programme a vu la réalisation de 303.219 unités (78%), 82.220 logements en cours de réalisation (21%) et 2.606 unités non lancées (1%).

M. Temmar a affirmé enfin que son département poursuivra ses efforts pour diversifier les formules de logement chaque fois que nécessaire pour satisfaire aux besoins des différentes franges de la société.


M.Houcin NACIB présente la stratégie de son secteur devant la Commission de l'habitat, de l'équipement, de l'hydraulique et de l'aménagement

habita1

La Commission de l'habitat, de l'équipement, de l'hydraulique et de l'aménagement du territoire à l'Assemblée populaire nationale a tenu mardi 28 avril 2018 au siège de   l’assemblée  populaire  nationale  une  séance d’audition  du ministre des ressources  en eaux M. houcine NACIB où il a  révélé   que les  capacités nationales de stockage des eaux augmenteront à près de 9 milliards m3 à l'horizon 2017 contre 7,5 milliards m3 actuellement après la mise en service de nouveaux barrages.

M. Necib a précisé que le nombre des barrages va passer de 65 grands barrages, actuellement, à 86 unités en l'espace de deux mois, ce qui augmentera les capacités de stockage de 7,5 milliards de m3, actuellement, à plus de 9 milliards m3.

12 barrages sont en cours de réalisation dont 5 grands barrages à Souk Ahras, Khenchla, Médéa, Tipaza et Mascara. Les projets devraient être réceptionnés durant l'année en cours en attendant le lancement d'autres projets.

Des opérations de dévasement des vieux barrages sont également prévues, a indiqué le ministre qui a ajouté que ces opérations avaient déjà été lancées au niveau des barrages de Bouhnifia (Mascara), Foum el Gherza (Skikda) et Ksob (M'ssila).

Dans le but d'élargir ce genre d'opérations, l'entreprise publique Elico a entamé la fabrication locale des équipements nécessaires. La première machine destinée au dévasement sera réceptionnée vers la fin de l'année en cours avec un taux d'intégration nationale estimé à près de 60 % qui sera augmenté à 80 % à l'horizon 2018.   habitat 2

Dans le cadre de la stratégie du secteur visant la diversification des ressources hydriques, deux nouvelles stations de dessalement d'eau de mer sont en cours de réalisation à Ténès et Oran. Ces stations qui viendront s'ajouter aux neuf stations existantes seront délivrées avant l'été prochain.

Deux autres stations d'une capacité de 100.000 m3/jour sont également prévues à Bejaia et Taref, a ajouté le ministre.

S'agissant des stations d'épuration des eaux usées, le parc national sera renforcé de 35 nouvelles unités à l'horizon 2017, ce qui augmentera le nombre à plus de 200 stations d'une capacité de traitement de près de 1,2 milliards m3/an. Les eaux traitées seront destinées principalement au secteur agricole.

Selon M. Necib, il existe166 stations permettant le traitement de près de 800 millions m3/an. La plupart de ces structures répondent aux normes internationales "Iso" et disposent d'un laboratoire d'analyse de l'eau conforme aux normes de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS). Les eaux traitées sont actuellement exploitées pour l'irrigation des périmètres agricoles avoisinants.

 Il est procédé actuellement à la réalisation d'une opération pilote portant sur une nouvelle méthode de traitement des eaux usées qui permet d'exploiter les eaux épurées dans l'irrigation des cultures maraîchères, a indiqué le ministre, précisant que l'opération lancée en collaboration avec l'ONU touchait à sa fin.

L'Algérie abritera la semaine prochaine, un atelier régional organisé par l'Institut méditerranéen de l'eau, avec la participation d'experts internationaux pour débattre de l'utilisation des eaux traitées dans le domaine agricole.

Concernant la distribution de l'eau potable, le ministre a annoncé un plan de réhabilitation du réseau actuel, qui en plus de sa vétusté connaît "une forte pression", et ce en vue d'améliorer sa performance et réduire les fuites.

Lancée dans 17 villes sur 45 villes concernées, à travers le territoire national, l'opération fait toujours l'objet d'examen dans les autres villes.

M. Necib a souligné que son département ministériel oeuvrait actuellement à élaborer une stratégie nationale pour faire face aux inondations, notamment dans les zones urbaines, en collaboration avec l'Union européenne (UE).

La dite stratégie sera finalisée avant la fin 2015, a précisé le ministre, soulignant que plusieurs villes avaient été sécurisées contre le risque d'inondation, citant à titre d'exemple, Batna, Sidi Bel Abbes et la vallée du M'zab.

Revenant à la problématique de gestion des ressources hydriques, M. Necib a insisté sur l'impératif d'améliorer le service public, annonçant une prochaine décision portant licenciement des directeurs de wilayas  non qualifiés.

Concernant les préparatifs pour la saison estivale, le premier responsable du secteur a affirmé que toutes les mesures avaient été prises pour garantir l'approvisionnement en eau potable en cette période, soulignant que des montants

importants ont été affectés par le fonds national de l'eau au profit des wilayas ayant enregistré un déficit en cette ressource vitale durant les années précédentes.

Une cellule de veille sera mise en place au niveau du ministère pour assurer un suivi de la gestion des ressources hydriques durant l'été prochain et la prise en charge d'éventuels problèmes.

Le ministre a, d'autre part, dévoilé un projet de décret visant à encadrer les missions de la force publique en matière de ressources en  eau, notamment en termes de lutte contre le vol d'eau et le pillage de sable.

Le décret vise à définir les modalités d'intervention des agents en charge de ces missions et leur protection contre d'éventuelles agressions.