Les membres de la commission des finances s'enquièrent auprès du ministre de la Santé de la réalité de la lutte contre la propagation de "Covid-19" et des perspectives du secteur après la levée du confinement

com-finance-sante-18-06-2020-2

Le traitement à domicile des cas confirmés de Coronavirus est "difficilement applicable" en Algérie en raison des contraintes sociales propres aux familles algériennes, a déclaré, jeudi 18 juin 2020,le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Abderrahmane Benbouzid.

"Le traitement à domicile des cas confirmés de Coronavirus est difficilement applicable en Algérie en raison des contraintes sociales propres aux familles algériennes, ces dernières étant souvent nombreuses en sus de l’exigüité de leurs habitations", a déclaré le Pr Benbouzid.

Rétorquant à l’interpellation d’un député, lors du débat autour du projet de loi portant règlement budgétaire pour l’exercice 2017, initié par la Commission des Finances et du Budget , le ministre a ainsi estimé que le recours à cette option est plus fréquent à l’étranger où "les conditions sociales le permettent".

com-finance-sante-18-06-2020-4

"Néanmoins, nous l’avons déjà mise en œuvre et c’est l’Etablissement public spécialisé (EPS) de Birtraria à El-Biar (Alger) qui a été le premier à le faire", a-t-il indiqué, avant de relever qu'"en suivant les malades au niveau des structures hospitalières, l’Etat contribue à soulager les familles" pour la prise en charge de leurs proches atteints du virus.

Toujours au sujet de la pandémie du Covid-19, il a exprimé son "inquiétude" quant aux nombreux cas enregistrés dans les wilayas de Sétif et de Biskra, ajoutant que "c’est ce qui explique que le premier déplacement de la Cellule dédiée aux enquêtes épidémiologiques soit à Sétif".

com-finance-sante-18-06-2020-3

Sur un autre plan, le ministre a plaidé pour "la prise en charge de patients étrangers, issus de pays frontaliers, dans des structures de santé algériennes, de sorte à engranger des rentrées en devises", Par ailleurs, il a insisté pour que les polycliniques bénéficient, à l’avenir, des "mêmes moyens" que les Centres hospitalo-universitaires (CHU) afin de permettre aux citoyens de s’y soigner "correctement", avant de considérer que l’accumulation des problèmes auxquels est confronté le secteur de la santé résulte de "l’absence d’évaluation" des différents actes médicaux et de gestion.

footer-apn