Femmes parlementaires – Onu-femmes Le genre à l’étude

C’est autour de la question du genre retenue par l’ONU- femmes une entité de l’ONU que les parlementaires (des deux chambres) se sont réunis le 26 juin 2018, au siège de l’assemblée puis le 27,28 à l’hôtel sofitel

Un apprentissage qui permet aux femmes parlementaires de renforcer leurs capacités parlementaires.

Cette rencontre financée par le gouvernement belge sous l’égide de l’ONU _femmes dont le programme s’étale sur trois ans, est organisée à l’intention des femmes parlementaires, n’exclut pas la présence d’hommes parlementaires.

Après l’ouverture de la séance par le secrétaire général de l’APN, M. Slimani suivi de Mm Imane Hayef coordinatrice des programmes, la parole est accordée à Mm Osmani Farida, experte, dr en sociologie, université du quebec.

L’intervenante a expliqué la genèse, le développement et le contexte d’émergence du concept du genre à travers le temps et l’espace. Un concept attribué à Mm Anne Okley de nationalité américaine.

S’il est vrai que ce thème, plutôt sensible a fait couler beaucoup d’encre et suscité de vives réactions, cela a fait dire à un étudiant, pour l’anecdote,« le genre est une maladie qui ne tue pas ». S’il devait être défini, on retiendrait ;«  le genre , un outil d’analyse qui permet la distinction entre la dimension biologique( le sexe) et la dimension culturelle. Les différences de sexe, une façon première de signifier les rapports de pouvoir.

Le mouvement né pour revendiquer le changement des rapports de genre entre différents sphères (eco, pol jur,sociocult) trouve naissance aux Caraïbes et Amérique latine dans les années 60.

Il naitra ce que l’on appellera ‘l’empowerment’.

Bien entendu, il faudra créer le cadre juridique, financier (budget).. ,pour asseoir ce nouveau programme visant la promotion féminine. De même sont tissés des liens avec la communauté internationale, à travers des engagements internationaux dont la fameuse convention CEDAW (contre toute discrimination) ratifiée par l’Algérie avec quelques réserves toutefois.

Pour rendre opérationnel cette nouvelle conception, les politiques publiques sont sollicitées pour appuyer cette démarche en prenant en ligne de compte le cadre de vie, le facteur culturel…

Toutefois si ce mouvement a fait du chemin dans l’histoire, il a connu des moments de ‘backlash’ ou remise en cause et même buté contre des actions de violence à caractère religieux, ou lobby masculin, bien que la question du genre s’élargit aussi à la gent masculine.

L’Algérie qui n’est pas en reste du progrès féminin : transformations sociales constatées, accès au travail, féminisation de certains secteurs, a fait l’effort d’institutionnaliser le principe du genre. Elle enregistre diverses actions parmi lesquelles :

Strategie : - pour promotion et intégration dela Femme 2008_2014

                   -De lutte contre la violence envers les Femmes ,filles 2017

Les mécanismes internationaux de promotion des droits des femmes ont été présentés par Mm At zai Nadia experte en cadre legal algerien , qui a rappelé auparavant la hiérarchisation des lois (constitution (ou fondamentale) , conventions, accords, traités…..

Parmi ces lois la cedaw 1996 qui regroupe tous les accords internationaux précédents relatifs aux de droits de l’homme.  

La réserve qui limite sa portée en Algerie est lié au code de la famille .Pour le reste , le droit des femmes est considéré comme inaliénable.

Il en a découlé de cet accord :

le droit de circulation, (Algérie ,étranger ) , tandis que le code pénal art 295 bis criminalise la discriminions envers les femmes.

Parmi les droits politiques acquis : l’obligation d’assurer l’équité soit l’égalité des chances à des postes politiques .le système des quotas 30 pour cent en est la preuve, quitte à passer par des mesures transitoires pour prétendre à la parité.

Les droits économiques eux aussi ne sont pas en reste.

Défendus par l’OIT . droit au travail. code pénal algérien 2014 , il faut savoir que moins de deux 2 millions de femmes constituent la population féminine active sur un total de onze, le prêt, programme d’aide à la femme rurale ppda….

La protection sociale permet : l’héritage conformément à la charia, l’égal accès à la pratique sportive. la santé , logement.. , ces domaines sont de plus en plus ouverts à la population féminine.

Parmi les droits civiques ;le droit à la procréation,propre à la femme. Ce qui en fait un texte différent des autres traités sur les droits de l’homme .Cette fonction étant purement féminine.

Il en est de même pour la maternité, espacement des naissances.

Pour impliquer les deux parents, le projet ‘ congé parental’ est sur le bureau des responsables du ministère de la solidarité.

Parmi les autres acquis, la possibilité pour la mère de transmettre sa nationalité à son enfant, et le remplacement du terme obéissance à l’homme par le’ chef de la famille’ dans le code de la famille.

Sur la base d’une recherche faîte en 2011 en France M Marc Richard  troisième intervenant, démontre l’idée qu’à , la base déjà , les termes utilisés en droit ne sont pas anodins et leurs effets multiples.

En effet, il est reconnu le ‘ genderblind’ ou l’énoncé aveugle au genre, (à l’opposé de ‘sexospécifique’ ) ne distingue ni explicitement, ni implicitement selon des catégories sexuées, mais peut avoir des conséquences sur la condition féminine ex la prestation de compensation divorce en faveur de l’époux qui met fin à sa vie professionnelle pour élever ses enfants.

Si théoriquement. L’énoncé genderblind renvoie aux hommes et aux femmes, il est un faît social que c’est souvent la mère qui fait ce sacrifice. le texte prend acte en faît , la reproduction genrée des rôles sociaux.

Autre conséquence ; l’épouse qui se consacre au travail domestique pourra t’elle s’en prévaloir à l’issue du mariage.

Dans le cas algérien l’épouse perd cet avantage .Nous sommes ici en situation qualifiée de verrou car il est quasiment impossible de trouver des  solutions.

Le cas des travailleuses noires aux USA ( il n’y a pas si longtemps) est édifiant lui aussi . il révèle les vices de forme que pratique l’employeur pour débouter ces femmes à la recherche de travail

La discrimination ici est d’ordre intersectionnel .

Du point de vue du droit américain , le droit au travail ne tient pas compte de la race ,puisque l’employeur recrute des’ hommes noirs’ ,ni par rapport au sexe , ce même patron embauche des’ femmes’ mais blanches ‘ les demandeuses d’emploi ici sont pénalisées pour être à la fois ‘ femmes noires’

Cette étude met en garde contre l’énoncé grammaticalement neutre, ou vise formellement toutes les catégories sexuées, mais participe néanmoins indirectement à la distinction. Il est question du ‘genderborgne’

Pour Jinan Limam, experte dt constit Tunisie , il est indispensable d’offrir les garanties institutionnelles car les lois étant l’instrument ou le moyen de réaliser des équilibres au sein d’une société par excellence, afin de réduire les écarts. Il faut mettre les instruments juridiques garantissant ces progres a-t-elle insisté.                                                                          

Ainsi pour préserver les droits acquis ou ceux à venir il est important de créer le cadre qui permettra de rendre effectif ou opérationnel les fruits des efforts entrepris.

ainsi par exemple les congés , la maternité.. ne doivent pas faire perdre le droit au travail durement arraché. Le droit au congé parental doit devenir une réalité. C’est ce que l’on appelle le droit inclusif.

Les contrats au travail doivent inclure la maternité, laquelle ne peut être cause d’un licenciement abusif.

Il faut donc agir sur le discrimination ayant pour base le genre. Il s’avère important de créer un organisme garantissant ces droits ‘observatoires des droits de l’homme’ par ex représentant les associations féminines.

Sur l’angle politique des progrès ont été constatées notamment sur plan électorale :quota ,parité , liste, femmes tête de liste , sièges … bref plusieurs formules sous peine d’entrainer sanctions financières pour les partis politiques cas de la Suède, France, Usa. même le baby setting pendant la campagne est mis en pratique , comme mesure d’encouragement.

L’angle économique avance plus lentement. la possibilité de justiciable des droits économiques est enfin possible : une avancée ;

Néanmoins ce qui a été appelé masse critique bouge dans le monde ; mouvements contestataires en faveur de l’affirmative action.

Des actions sont engagées pour faire reconnaitre des droits à l’existence dont celles des minorités le cas Obama en est l’illustration ,soit le couronnement des efforts de la communauté noire soutenue parfois par les blancs ,pour l’exemple.

Ces acquis ne doivent pas faire perdre de vue le faît que le chemin pour l’émancipation reste encore long.

Malgré l’ensemble de ces tentatives en Algérie et à l’échelle mondiale l’approche ‘genre’ reste un work in progress……………

footer-apn