Noura Labiod et Kheira Djalil plaident les exploits des femmes algériennes

Les deux membres de l'Assemblée populaire nationale (APN), Nora Labiod et Kheira Djalil, ont affirmé que l'Algérie avait franchi de grands pas en matière de consécration des droits de la femme, appelant à la mise en place de mécanismes pour préserver ces acquis.

Intervenant lors d'un workshop organisé par l'Organisation de la femme arabe (OFA) sur "Le renforcement des performances des parlements arabes en matière du genre", les deux députés ont mis en avant "les réalisations accomplies en termes de consécration et de préservation des droits de la femme en Algérie".

A ce propos, Mme. Labiod a présenté un aperçu sur les différents amendements juridiques opérés par l'Algérie en matière d'égalité Homme-femme et d'autonomisation de la femme dans le domaine politique, rappelant que l'Algérie a adopté le principe de parité entre les femmes et les hommes dans sa première Constitution tout en la dotant par des lois conformément à ses engagements internationaux.

Et d'ajouter que l'amendement constitutionnel de 2008 a constitué un "élan qualitatif dans la consolidation de la place de la femme dans le domaine politique en donnant naissance à la loi organique 12-03 ayant consacré le régime de quota et contribué à l'augmentation du taux de participation des femmes aux assemblées élues.

Elle a également mis l'accent sur l'amendement du code pénal en décembre 2015 pour renforcer la protection de la femme des violences en proposant des peines allant jusqu'à 20 ans de prison voire la perpétuité.

La même députée a rappelé la teneur du 40e article de la nouvelle Constitution de 2020 qui criminalise clairement toute sorte de violences faites aux femmes en tous lieux et en toute circonstance en sus du 68e article consacrant la parité entre les femmes et les hommes sur le marché de l'emploi.

Et d'enchainer que l'Algérie a franchi de grands pas en matière d'égalité entre les deux sexes, tant au niveau politique qu'économique ou encore dans les postes de responsabilité dans tous les secteurs concernés y compris l'armée et la police où la femme est considérablement présente.

Mme. Labiod a insisté sur l'impératif de trouver les mécanismes devant préserver ces acquis réalisés par le femme arabe, plaidant, au même temps, pour le renforcement de la formation au profit des femmes.

Pour sa part, Mme. Djalil a mis en exergue "l'engagement de l'Algérie et ses efforts visant constamment à la consécration de la parité homme-femme, citant les différentes lois y afférentes notamment l'amendement du code de la nationalité en 2005 qui confère à la mère algérienne le droit d'attribuer sa nationalité à son enfant.

footer-apn