La délégation de la commission de la santé souligne la souffrance des personnes touchées par les radiations nucléaires à Tamanrasset

La Commission de la santé, des affaires sociales,du travail et de la formation professionnelle  a effectué une visite à Tamanrasset et Adrar pour s’enquérir des séquelles des essais nucléaires français dans la région.

Dans le cadre des visites d’information programmées par l’APN, une délégation de la Commission de la santé, présidée par Toufik Torche effectue, depuis lundi, une visite dans ces deux wilayas afin de "s’enquérir des répercussions des explosions nucléaires françaises dans les régions d’Inker à Tamanrasset et Reggane à Adrar".

Lors d’une rencontre réunissant la délégation et les directeurs exécutifs, le Directeur de la Santé et de la Population (DSP) de Tamanrasset, Mustapha Zenagui a rappelé les multiples problèmes dont souffre le secteur, faisant allusion notamment à certaines maladies héritées jusqu’à présent à cause des essais nucléaires autrefois exécutés par la France.

M. Zenagui a cité, entre autres, la stérilité, le cancer de la thyroïde, les malformations notamment congénitales, en sus des complications des états de santé et des fœtus.

De son côté, le directeur des Moudjahidine et des Ayants-droit, Salah Gueddi a assuré que les habitants du sud algérien "ont visiblement payé le prix de l’aspiration de la France à accéder au club des nucléaires", et que "des statistiques faisant ressortir l’ampleur des dégâts provoqués par ces explosions sont là".

De son côté, le représentant de la direction de l’environnement de la wilaya, Bencheikh Omar a évoqué l’aspect lié aux résidus radioactifs de ces essais, dont ce qui été enfoui sous terre et ce qui est resté en surface.

Par ailleurs, le directeur de l’action sociale et de la solidarité, Cherfaoui Fethi a cité les 3092 cas de handicap enregistrés dans la région, dont 602 handicaps moteurs, un chiffre qu’il a qualifié de déplorable vu le nombre des habitants de la wilaya, faisant savoir que "12% de ces handicaps sont dus aux accidents de la circulation".

Le programme de la visite a été marqué par une halte à la Maison de la culture de la wilaya de Tamanrasset pour assister aux festivités célébrant le nouvel an amazigh et à l’Etablissement public hospitalier (EPH) Mesbah Baghdad.

Au service de cancérologie, les médecins ont passé en revue les entraves dont pâtit ce service qui prend en charge tous les malades des wilayas voisines ainsi que les migrants de différentes nationalités africaines, outre le problème du retard du transfert des médicaments d’Alger à Tamanrasset, mettant l’accent sur l’urgence de cette opération.

Etait également au programme, une visite d’inspection à un autre établissement hospitalier en cours de réalisation d’une capacité d’accueil de 240 lits, devant être réceptionné au deuxième trimestre de l’année courante.

La délégation a enfin visité le centre de recherche nucléaire de la wilaya.

footer-apn