Le président de l'APN à l'occasion de la Journée nationale de l'enfant algérien: Satisfaction des engagements de la prise en charge et de contrôle parlementaire pour concrétiser les droits

Le président de l'Assemblée populaire nationale (APN), Slimane Chenine a affirmé mardi  14  juillet 2020 que l'enfance en Algérie jouissait d'un cadre juridique "intégré" assurant sa protection et la concrétisation de ses droits.

Supervisant avec la ministre de la Solidarité nationale, de la Famille et de Condition de la femme, Kaoutar Kirikou, une rencontre sur l'enfant parlementaire à l'occasion de la Journée nationale de l'Enfant, M. Chenine a indiqué que "l'enfance dans notre pays dispose désormais d'un cadre juridique intégré assurant sa protection et la concrétisation de ses droits".

Le président de la chambre basse du parlement a rappelé, dans ce cadre, que l'Etat garantissait "conformément aux dispositions de la loi 15-12 du 15 juillet 2015 relative à la protection de l’enfant contre toutes formes de préjudice, de négligence, de violence, de mauvais traitement, d’exploitation ou de toute atteinte physique, morale ou sexuelle".

A ce propos, M. Chenine a salué les réalisations de l’enfant en matière de consécration de ses droits dans la législation et sur le terrain, soulignant que l’enfance en Algérie n’est guère exposée aux dépassements et à la criminalité que connaissent certains pays. Rien n'empêche cependant , a-t-il dit, de poursuivre le renforcement et la promotion de ce système pour garder l'enfant une des priorités de la politique nationale sociale.

Il a également rappelé que l’APN avait adopté février dernier le plan d’action du Gouvernement qui s’est engagé à "consolider les mesures visant à développer les capacités de l'enfant et à promouvoir sa participation et assurer sa protection des mauvais traitements et des dangers physiques et moraux et de toute forme d'exploitation".

Par ailleurs, M. Chenine a salué la présence de l'Algérie au sein du Parlement arabe de l'enfant en qualité de membre, appelant à "transmettre avec fierté les réalisations de l'Etat en matière de protection et de garantie des droits de l'enfant, à travers la création de délégations et de services pour assurer sa prise en charge dans tous les aspects de sa vie jusqu'à ce qu'il atteigne l'âge de la majorité".

Pour sa part, Mme Krikou a rappelé les mesures mises en place par l'Etat visant la protection et la promotion de l'enfance, à l'instar de l'élaboration d'une stratégie nationale globale en matière de protection de l'enfance et la promulgation de la loi sur la protection de l'enfant le 15 juillet 2015, en tant que "saut qualitatif" dans ce domaine.

Réitérant la disposition de son secteur à ouvrir la voie aux initiatives de la catégorie de l'enfance, à les encadrer et à les accompagner dans ce domaine, la ministre a annoncé le projet de création du Parlement algérien de l'enfant.

De son côté, la représentante du Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) par intérim, Souraya Hassan s'est félicitée des efforts de l'Algérie en matière de protection et de promotion de l'enfance notamment dans le domaine législatif et de la protection sociale.

Organisée par le ministère de la Solidarité nationale sous le slogan "Enfance, berceau de la responsabilité", cette rencontre est consacrée au droit de l'enfant à la santé, un thème qui sera abordé durant la prochaine session du Parlement arabe de l'enfant prévue fin juillet en cours.

footer-apn