Le président de l'APN et le ministre roumain des relations avec le Parlement ont passé en revue les voies du renforcement de la coopération parlementaire à travers la dynamisation du rôle des groupes d'amitié

Le président de l'Assemblée populaire nationale , Mouad Bouchareb a passé en revue, mercredi 06 mars 2019, avec le ministre roumain des Relations avec le parlement, Ilie Viorel, les voies du renforcement de la coopération parlementaire, à travers la dynamisation du rôle des groupes d'amitié et l'échange de visites et de délégations.

Lors de cette rencontre à laquelle a pris part le ministre des Relations avec le parlement, Mahdjoub Bedda, les deux parties ont évoqué "l'état des relations liant les deux pays depuis la guerre de libération et leur développement, notamment après les visites intenses échangées par les responsables des deux pays aux plus hauts niveaux".

Ils ont mis l'accent sur "la nécessité de relancer la coopération parlementaire à la faveur de la dynamisation du rôle des deux groupes d'amitié et de l'échange de visites et de délégations".

M. Bouchareb a donné un aperçu sur la composante de l'APN, passant en revue "un aspect des réformes initiées par le président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, particulièrement "les amendements de la

Constitution ayant érigé l'Algérie en tribune de démocratie et de liberté d'expression".

Par ailleurs, le président de la chambre basse du parlement a réitéré l'attachement de l'Algérie à sa position qui rejette toute ingérence dans les affaires internes des pays et prône le dialogue pour le règlement des crises", affirmant "l'engagement de l'Algérie au respect de la légalité internationale, notamment en ce qui concerne les questions d'autodétermination, notamment des peuples palestinien et sahraoui".

Evoquant la situation dans la région du Sahel, M. Bouchareb a mis en exergue "les efforts de l'Algérie en vue de trouver des solutions pacifiques aux crises au Mali et en Libye et son rôle dans la lutte contre l'extrémisme, à travers la politique de réconciliation nationale, sa détermination à tarir les sources de financement du terrorisme et l'interdiction de paiement des rançons".

De son côté, le ministre roumain a salué "les bonnes relations qui lient les deux pays", mettant en exergue "le rôle central que joue l'Algérie dans l'ancrage des facteurs de paix et de stabilité dans son entourage

géopolitique".

Il a également appelé à "chercher davantage de voies pour renforcer la coopération bilatérale dans tous les domaines, notamment à travers l'échange de visites et d'expertises".

footer-apn