Le ministre de l'Enseignement supérieur présente le projet de loi organique relatif à l'Académie algérienne de la langue amazighe devant la commission de l'éducation

Le ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Tahar Hadjar, a présenté lundi  11 juin 2018 au siège de l'Assemblée  le projet de loi organique relatif à l'Académie algérienne de la langue amazighe devant la commission de l'éducation, de l'enseignement supérieur, de la recherche scientifique et des affaires religieuses.

Lors de la réunion présidée par M. Safi Al Arbi, président de la Commission, en présence du ministre des Relations avec le Parlement, Mahdjoub Bedda, le ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche

scientifique a précisé que le projet de loi organique qui contient 31 articles répartis en cinq chapitres vise à "définir les missions de l'Académie algérienne de la langue amazighe, créée en vertu de l'article 4 de la Constitution, et à fixer les modalités de son organisation et de son fonctionnement".

L'Académie aura pour mission de "recueillir le corpus national de la langue amazighe dans toutes ses variétés linguistiques, d'établir une normalisation de la langue amazighe à tous les niveau de description et d'analyse linguistiques, d'établir des listes néologiques et des lexiques spécialisés en privilégiant la convergence, a fait savoir M. Hadjar.

Elle aura aussi pour mission d'entreprendre des travaux de recherche, de participer au programme national de recherche dans son domaine de compétence", a-t-il ajouté.

L'Académie contribuera également à la "préservation du patrimoine immatériel amazigh par sa numérisation et à l'encouragement de toute recherche et traduction en langue amazighe en vue d'enrichir le patrimoine

de la mémoire nationale. Elle aura en outre à émettre un avis sur toute question liée à son champs de compétence et soumise par le président de la République", a-t-il encore fait savoir.

Lors du débat, les membres de la Commission ont valorisé le contenu du texte de loi tout et les objectifs escomptés à travers la création de l'Académie. Ils ont exposé, en outre, des préoccupations relatives aux

missions, prérogatives et organes de cet organe.

Répondant aux questions des députés, le ministre de l'Enseignement supérieur a indiqué que le projet de loi relatif à l'Académie a été présenté par son département même si elle est placé auprès de la Présidence, étant donné que "tout ce qui est à caractère scientifique passe par le ministère de l'Enseignement supérieur", ajoutant que le projet "a été élaboré par un groupe de travail au niveau du Gouvernement comportant

plusieurs secteurs ministériels outre que le Haut Commissariat à l’Amazighité (HCA) et de conseillers relevant de la Présidence".

Soulignant l'impératif de "center le débat sur le volet académique pour mettre ce texte de loi à l'abri de la surenchère politique", le ministre a indiqué que "les questions relatives à la linguistique, à l'écriture et à la normalisation relèvent des prérogatives de l'Académie qui les examinera dans leur cadre scientifique avec le concours de spécialistes et d'experts locaux et étrangers".

"Les efforts du président de la République pour la promotion de Tamazight sont louables et ne peuvent être remis en cause ont ce sens où ils ont atteint un point du non-retour", a estimé le ministre.

 

footer-apn